Des hommes célèbres

Publié le par kit.2000

Des hommes célèbres, coureurs des bois, trappeurs, guides, éclaireurs mais surtout des aventuriers remplient de liberté qu'aucun être au monde n’aurait pu leur priver. Généralement ce sont des hommes droits et courageux, courir les bois, chasser dans des contrées inhospitalières avec des indiens belliqueux ne leurs faisaient pas peur. J'ai repris des résumés sur la vie de certains d'entre eux sur un hebdomadaire du journal pilote N° 528 de la onzième année en 1969.

 

Daniel-Boone-copie-1.jpg

 

DANIEL BOONE dit « Grosse tortue » Né en Pennsylvanie en 1734. Tour à tour arpenteur, chasseur, cultivateur et guide de convois. Boone s’installe d’abord en Ohio puis en Floride. Là, il tombe sur un fort parti d’indiens qui le cernent tout en haut d’une falaise. En bas, coule une rivière. Boone se bat jusqu’à la dernière minute puis, devant ses adversaires médusés, plonge dans le vide. Il atterrit dans les branches d’un arbre, saute dans la rivière et, après avoir salué les indiens d’un grand rire, s’éloigne à la nage. En 1775, il crée un fort baptisé Boone-Borough. Plus tard, il abandonne le Kentucky, trop « civilisé » pour son goût et gagne la vallée du Missouri. Il meurt à 80 ans et on l’enterre dans le cercueil qu’il avait lui-même fabriqué.

 

Pilote.jpg

   

Christopher-Carson.jpg         

CHRISTOPHER CARSON dit Kit Carson. Né le 24 décembre 1809 au Kentucky et résident à Franklin dans le Missouri. Il se jette très tôt sur les routes de l’aventure. Chasseur, trappeur et guide, il participe en 1846, 1847 aux cotés de John C. Fremont à la « conquête de la Californie » ou il se distingue notamment en franchissant les lignes mexicaines pour aller chercher des renforts. Cette action d’éclat lui vaut d’être reçu par le Président Polk qui le salue du titre de « Héros National ». Agent des affaires Indiennes en 1853, il commande un fort en 1866. Deux ans plus tard, il meurt à fort Lyon. Evoquant sa mémoire, le général Rushing dira : « Aussi simple qu’un enfant mais brave comme un lion, il prit possession de nos cœurs. »  .

      

Jerediah-Strong-Smith.jpg        

JEDEDIAH STRONG SMITH. Né en 1798, ce gentleman occupe une place à part dans la mythologie des mountain men. Alors que la plupart de ceux-ci sont de francs mécréants qui, aux dires même d’un contemporain n’ont « que très peu le crainte de Dieu et pas du tout celle du diable », Jedediah Smith, lui, a une bible dans ses fontes, à côté de son fusil. Venant du Lac Erié, il se fixe à Saint Louis en 1816 avant de se lancer à 23 ans dans la chasse aux fourrures. En 1823, avec vingt-trois de ses compagnons, il tombe dans une embuscade que les indiens Ankaras ont tendue sur les rives du Missouri. Il n’y aura que neuf survivants don Jedediah Smith. Par la suite, celui-ci devait découvrir le fameux South Pass dans les rocheuses.

       

Jim-Baker.jpg            

JIM BAKER. Ce trappeur, dont l’importance historique est peut-être moindre que celle de tous ceux que nous évoquons ici, est pourtant entré dans la légende à la suite d’une aventure peu ordinaire. Un jour, ou il chassait en compagnie d’un ami, les deux hommes se trouvèrent brusquement face à deux énormes ours Grizzlys. Impossible de tirer ! Il fallait se battre au couteau. Le compagnon de Baker préféra s’enfuir et notre trappeur se retrouva seul. Baker ne fut bientôt plus qu’une plaie sanguinolente. Malgré son épuisement, il réussit à venir à bout de ses deux adversaires. A peine remis de ses émotions, il se confectionna un collier avec les griffes des deux plantigrades qui avaient bien failli l’arracher à la Grande Prairie.

               

James-Ohio-Pattie.jpg      

JAMES OHIO PATTIE. Né au Kentucky, il est emmené par son père en 1824 dans les Rocheuses. Par la suite, tous deux se joignent à un convoi partant de Santa-Fé. En route, des Comanches les attaquent et s’emparent de quelques femmes qui se trouvaient dans la caravane. Sans hésiter, James et son père, Sylvestre, se jettent à leur poursuite, les rejoignent et délivrent les captives (la même mésaventure, suivie du même heureux dénouement, était déjà advenue à Daniel Boone). En 1827, les deux hommes sont à San Diégo, en Californie. Accusés d’espionnage, ils sont aussitôt emprisonnés par les Espagnols. Sylvestre meurt. James ne vaut guère mieux. Il s’en tirera pourtant en aidant ses geôliers à lutter contre une épidémie de variole.

      

Jim-Bridger.jpg

     

JIM BRIDGER. Né le 17 mars 1804 à Richmond, en Virginie. Orphelin à treize ans, il commence par travailler chez un forgeron qu’il abandonne très vite pour rejoindre les terrains de chasse du Yellowstone. Là, il doit subir de nombreux assauts de la part des indiens. Cette période de sa vie, il ne l’oubliera jamais, d’autant plus qu’il gardera trois ans une pointe de flèche fichée dans le dos. Plus tard, renonçant au commerce des fourrures, le sympathique Jim Bridger devient bâtisseur de forts en Oregon et guide de l’armée. Inculte, il suscite l’admiration des officiers en traçant sur le sable des cartes d’une rare précision et apprécie ceux qui acceptent de lui faire la lecture. Allergique à la poésie (*trop raffinée*) il a un faible pour Shakespeare.

         

Publié dans Histoire de l'Ouest

Commenter cet article

Grand-Sachem-la-Brocante 22/03/2011 09:03



une bien belle brochette de heros!