Au Pays des Peaux-rouges

Publié le par kit.2000

Douze ans à peine s’étaient écoulés depuis que la mort était venue ravir le célèbre trappeur et coureur de forêt américain, Daniel Boone, à ses amis les indiens, et voilà que déjà une petite expédition s’apprêtait à parcourir ces prairies et ces forêts qu’il avait tant aimées. C’est en 1832 que le Prince Maximilian zu Wied partit pour le continent nord-américain, en compagnie du peintre suisse Karl Bodmer et de quelques compagnons.

Pendant deux ans, la petite troupe parcourut, par monts et par vaux, le pays des Indiens, découvrant un monde presque semblable à celui décrit par le romancier américain James Cooper dans ses livres pittoresques, rédigés à la mémoire de Daniel Boone. C’est également à la même époque que George Catlin, un peintre américain, ami du Prince zu Wied, se rendit au pays des Peaux-rouges ou il passa dix ans. Lui aussi s’y rendit dans le seul but d’étudier la population primitive de l’Amérique. Il connut les peuplades indiennes telles qu’elles étaient avant que les blancs ne vinssent le décimer, les exterminer ou les obliger à végéter dans des réserves. Catlin et le Prince zu Wied eurent ainsi l’occasion de pénétrer dans des agglomérations et des districts de chasse ou nul Blanc ne s’était aventuré avant eux. Contrairement à la plupart de leurs contemporains, ils n’étaient animés ni par la soif de conquête, ni par l’amour de l’aventure, mais par le seul désir de faire la connaissance de ce pays  et de ses habitants à des fins purement scientifiques. En dépit de ces intentions pacifiques, ils connurent de nombreuses aventures.    

ApdPr1.jpg1970 Editions Deutsche Verlags-Anstalt GmbH, Stuttgart

"Au Pays des Peaux-rouges" Conception et réalisation des Editions D.V.A, textes de Lor. Engel, traduction de Marie-Hélène Fuchs, photos de Heinz Binder, Dessins de Heinz Giebeler.

Des reproductions de documents rares illustrent un passionnant voyage d'aventures dans le monde disparu des indiens d'Amérique. Butin fabuleux rapporté par l'expédition allemande et américaine qui séjourna au 19éme siècle parmi les tribus indiennes. Un merveilleux reportage d'aventures qu'un vieux trappeur raconte à son petit fils.

 

Les tableaux illustrant le présent ouvrage, exécutés d'après des croquis pris sur le vif, constituent, sans aucun doute, les biens les plus précieux transmis à la postérité.

 

"Tableaux de George Catlin"

   

ApdPr2.jpgCapture d'un cheval sauvage par un guerrier Osage " Une tribu Sioux  "

        

ApdPr3.jpgDemeure du Chef Mandan Mato-Tope

           

ApdPr4.jpgLes Mandans à la chasse aux bisons

           

Publié dans Amérindiens

Commenter cet article

pouik 07/08/2011 12:31



Beaux tableaux. Tu nous régales



l'Apache 11/07/2011 20:46



Mato Tope qui signifie Quatre Ours.


Il était le chef en second des Mandans. Il portait dans ses cheveux un couteau en bois, signe qui indiquait qu'il avait tué un ennemi au couteau en combat singulier.



Grand-Sachem-la-Brocante 10/07/2011 20:05



C'était une belle époque quand tout était encore possible....


Grand-Sachem-la-Brocante a aussi croisé ces visages_pâles qui manient le pinceau


http://grand-sachem-la-brocante.over-blog.com/article-21383917.html


http://grand-sachem-la-brocante.over-blog.com/article-celui-qui-a-pose-pour-catlin-51698392.html


On retrouve beaucoup des oeuvres de ces deux peintres qui servent à illustrer des livres ou comme modele d'inspiration pour des bd ou des figurines. En cherchant sur le blog de Grand-Sachem tu y
trouveras quelques exemples!